Programme 2016

Modifié par Stéphane Laurière le 2017/03/30 20:10

5 juillet 21h • Café Théodore, Trédrez-Locquémeau

6 juillet 15h • Centre Hospitalier des Pays de Morlaix, Plougonven

UN VIOLON D'AMOUR DE NORVEGE

Le hardingfele, inspirateur des romantiques norvégiens

Le hardingfele est un instrument traditionnel norvégien qui prend racine au 17ème siècle à l'époque où se développent les cordes sympathiques (des cordes qu'on ne joue pas avec l'archet mais qui résonnent par... sympathie. Par sa sonorité ample et aux contours un peu flous, l'instrument rappelle les brumes des fjords et a inspiré toute une génération de compositeurs norvégiens qui, après Grieg, se sont formés en Allemagne avant de créer un style proprement national après l'indépendance de leur pays.
Eivind Dølerud, hardanger fiddle et violon • Håvard Skaadel, piano

Mercredi 6 juillet 20h • Chapelle Christ, Guimaëc

LI DUE ORFEI

Joute vocale à Florence en 1600 entre Caccini et Peri

Florence 1600 : Giulio Caccini et Jacopo Peri, deux chanteurs virtuoses et compositeurs rivaux. Recherchant la puissance expressive de la tragédie antique grecque, ils vont révolutionner l’art du chant en créant un nouveau style, qui donnera naissance à l’opéra. En réaction à la polyphonie de la Renaissance, ces pièces monodiques sont pensées pour être chantées avec pour seul accompagnement un instrument à cordes pincées, afin d’exprimer au mieux les passions humaines. Si Peri et Caccini s’accompagnaient souvent eux-mêmes, ils se produisaient également entourés de certains membres de leur famille. Ainsi la dimension familiale de ce duo s’inscrit tout naturellement dans la lignée de ces grands musiciens…
Angélique Mauillon, harpe • Marc Mauillon, baryton

Mercredi 6 juillet 18h • Jardin du Presbytère, Locquirec

Jeudi 7 juillet 12h • Jardins de Kermadeza, Plougasnou

LA CUISINE DE LEO

Spectacle musical à croquer

Une pincée d'astuces, un brin d'imagination, un zeste d'ambition, il n'en faut pas plus à Léo pour gravir les échelons.
En un coup de cuillère à pot, il coupe, râpe, frotte,fait virevolter les marmites dans un tourbillon d'épices et de parfums pour sublimer la tomate, son inépuisable thème de prédilection. Sa grand mère, sa plus grande source d'inspiration ne serait pas peu fière.
Pourtant, il va rapidement s'apercevoir que la cuisine n'est pas tout et ne suffit pas à le combler. La misère sociale du monde qui l'entoure frappe à la porte et saura le réveiller.
Une technique affutée, des textes saccadés aux rythmes des percussions de récupérations, tous les ingrédients y sont pour rassasier les petits comme les gros appétits.


A table Cédric Hergault, comédien et musicien • Christophe Truquin, mise en scène
Tous publics à partir de 5 ans

Jeudi 7 juillet 19h • Cairn de Barnenez, Plouezoc'h

MUSIQUE POUR LES GRANDS HAUTBOIS

Le Banquet du Roy : Olivier Gladhofer et Emmanuel Vigneron, douçaine • Adrien Reboisson, chalemie

Jeudi 7 juillet 21h • Église de Locquirec

LES DOMINOS

Le salon des Jeux : Couperin, Sénaillé & Jacquet de la Guerre

Ce concert, conçu spécialement par les artistes à la demande du Petit festival est une belle illustration du talent facétieux de François Couperin au temps du régent. On croisera La Fidélité sous le Domino bleu, La Persévérance sous le Domino gris de lin, la Langueur sous le Domino violet mais on risquera aussi une syncope avec Marin Marais en retrouvant la fanfarinette de Jean-Philippe Rameau avant de terminer sur une boutade de Jean-Féry Rebel.

Louis Creac’h, violon • Sébastien Daucé, clavecin • Salomé Gasselin, viole de gambe • Vincent Flückiger, théorbe

Vendredi 8 juillet 19h • Montée sur les crêtes (au départ du Relecq)

FLEURS DES CHANTS

Chants traditionnels des Apennins, de Catalogne et de Bretagne

4 chanteuses vous guident sur les crêtes des Monts d'Arrée au son de mélodies traditionnelles de leurs région. trois langues mais aussi trois techniques vocales très différentes. Les textes en revanche, qui relatent heurs et malheurs d'une vie rurale aujourd'hui révolué, présentent d'étranges similitudes
Fiordispina, Marthe Vassallo, Anna Guixe 

Samedi 9 juillet • 15h Jardin exotique du Prajou, Guimaëc

LUTH ET LUTTE

Match de gouren en musique

Skol Gouren Gwimaeg • Romain Falik, luth

Vendredi 8 juillet 21h • Abbaye du Relec, Plouénour-Ménez

Samedi 9 juillet 18h30 • Chapelle Saint-Nicolas, Plufur

JEAN MOUTON, LE MIROIR DES VOIX

Jean Mouton, compositeur originaire des Flandres marqua son époque des oeuvres polyphoniques fastueuses. A cette époque, pas de musique instrumentale écrite mais on sait que les oeuvres vocales étaient également jouées aux instruments. Le son ar mein consort, constitué d'instrumentistes chanteurs, propose une interprétation qui mêle intimement voix humaines et imitatrices. On parcourra les cérémonies qui jalonnent la vie des fêtes religieuses jusqu'à la déploration d'Anne de Bretagne, protectrice du compositeur
Son Ar Mein Consort : Pierre Montaut-Texier, haut de contre et sacqueboute ; Romain Falik, luth ; Pascale Jardin, mezzo et violon-alto ; Emmanuelle Huteau, soprano et douçaine ; Franck Jubeau, ténor et cornet à bouquin ; Fanny Paccoud, chant, violon alto et cornet à bouquin ; Camille Rancière, basse et violon-alto ; Nicolas Verhoeven, ténor et violoncelle ; Patrick Wibart, basse et serpent

Dimanche 10 juillet 11h • Chapelle Notre-Dame-des-Joies, Guimaëc

LES QUILLES ET AUTRES JEUX MOZARTIENS

Mozart inventa la combinaison instrumentale piano, alto et clarinette autour d’un jeu de quilles, au cours d’un après-midi entre amis. Évocation d'un des loisirs préférés de Wolfgang enfant, la partition du Trio des Quilles est une des pages les plus radieuses de l'oeuvre du compositeur. Le mouvement de la boule qui vient frapper les quilles est transcrit de façon naturaliste dans une mélodie aussi surprenante que charmante.
Le concert est en particulier l'occasion de découvrir certains instruments de la période classique, moins puissants qu'aujourd'hui mais aussi véloces que mélodieux. 

Fanny Paccoud, violon • Michel Gaechter, piano-forte • Mathieu Steffanus, clarinette

Dimanche 10 juillet 15h • Randonnée de Saint-Jean à Saint-Mélar

CANTO DEI CAMPI

Jeux vocaux et autres chants des Apennins

Fiordispina, trio vocal

Dimanche 10 juillet 21h • Cinéma le Douron, Plestin-les-Grèves

La Règle du Jeu, Jean Renoir

Cinéclub du festival, présenté par Jacques & Danielle Rancière

11 juillet 14h30 • Centre Hospitalier des Pays de Morlaix, Morlaix

Chant traditionnel catalan

Anna et Elena Guixe, chant

Mardi 12 juillet de 11h à 14h30 • églises de Saint-Thégonnec et Guimiliau, rendez-vous à Guimiliau 11h,

JEUX D'ORGUES

Sur les pas des Dallam

Benjamin Alard & Jean-Luc Ho, orgue
Deux grands organistes d'aujourd'hui partagent avec nous leur découverte musicale de deux instruments historiques que l'on doit à la dynastie Dallam. Quel(s) jeu(x) choisir? pour quel répertoire? qu'est-ce qui les caractérisent. Toutes les questions que vous vous posez sur cet instrument-roi sans oser jamais le demander.

12 juillet 14h30 • EHPAD de Bélizal, Morlaix

Sonates baroques en trio

Olivier Leinen, flûte et basson • Maud Sinda, violon • Camille Rancière, alto et chant

Lundi 11 juillet 15h • Château Kerninon, Ploulec’h

Mardi 12 juillet 15h • Jardins de Porsmoguet, Garlan

LES MONOLOGUES EN PLEIN CHAMP

Spectacle-promenade sur un texte de Stéphanie Tesson

Phénomène et Cie
Les Monologues en plein champ donnent voix aux mille créatures invisibles qui grouillent entre les brins d’herbe d’un champ. Y compris un sac plastique, qui traîne là par hasard ; y compris un arbre centenaire, qui contient l’âme d’un ancien fonctionnaire ; y compris la responsable d’un projet culturel visant à créer un parc d’attraction où une nature 100% artificielle et garantie sans risque offrira ses bienfaits aux visiteurs urbains.
Interprétation poétique et musicale de la langue végétale, minérale et animale, la promenade se déroule en vingt tableaux, faisant surgir tour à tour un Cloporte, une Ronce, une Ephémère, un Champignon, quelques Cailloux, au gré du décor propre au lieu qui l’accueille…
Initiateur de ces prises de parole, coups de gueule et confessions, Le Vent ouvre et ferme l’herbier vivant qui s’incarne devant les spectateurs-pèlerins : « Bêtes des champs êtes-vous prêtes ? Alors Causez ! Les Hommes écoutent profitez-en : voici les voix de la Nature, d’après nature ! »

Lundi 11 juillet 20h • Église de Carantec

Mardi 12 juillet 18h30 • Église de Plouezoc’h

LES PLAISIRS DU VIRTUOSE

Bach, Telemann : ouverture et double concertos pour clavecins et flûtes

Benjamin Alard & Jean-Luc Ho Clavecin • Mathilde Horcholle Traverso • Julien Martin Flûte à bec• Ma Non Troppo : Alice Julien-Laferrière, Julie Friez, Camille Rancière, Camille Aubret, Matilde Pais, violons ; Pascale Jardin alto ; Sarah Ledoux violoncelle ; Olivier Leinen Basson 

Dimanche 10 juillet 18h30 • Chapelle de Lanleya, Plouigneau

VALET DE COEUR

Le chant de la lyre : Oeuvres de Tobias Hume, Sébastien Le Camus et Sigismondo d'India

L’art de chanter en s’accompagnant avec un instrument relève d’une tradition ancienne qui permettait aux interprètes d’habiller et orner la mélodie.
Au XVIIe siècle encore, en Italie, en France ou en Angleterre, les chanteurs soutenaient leur discours d’une lyre : harpe, viole, lyrone ou guitare, imitant ainsi le légendaire Orphée.
À présent évanouie, cette pratique revivra le temps de conter quelques histoires en musique.
Tobias Hume, mercenaire fanfaron, compositeur et interprète doué l’illustre parfaitement : À une époque où le luth régnait en maître, Hume a délibérément choisi la viole de gambe, utilisant avec brio toutes les ressources expressives et les possibilités techniques de l’instrument. Faisant appel à différents modes de jeu, il dispose ainsi d’une palette riche et capable de surprendre, donnant ainsi vite à l’action indiquée par le texte : champs de batailles, tirs de pistolets, trompettes, blessures infligées, soldats qui dansent au rythme de la pavane, mais aussi pour chanter les affres de l’amour et les tourments de l’âme.
S’ils ont une personnalité plus paisible que celle de leur confrère d’Albion, Sigismondo d’India en Italie et Sébastien Le Camus en France montrent également deux autres facettes de la lyre : le premier fait briller le madrigal de ses derniers feux tandis que le second, au service du Roy Soleil, sera un maître de l’air de cour…
Francisco Mañalich, ténor et viole de gambe

© Le Petit Festival