Editorial

Modifié par Emmanuelle Huteau le 2018/04/22 09:46

Avis de tempête

Edito 

Avis de tempête (bulletin météo du Petit festival #10)

Samedi 7, on retrouvera Paul-Antoine Benos avec Ma non troppo affrontant une Tempesta di Mare, avec risque de Naufragio dans l’Adriatique. Sur terre, l'Eté vivaldien réservera aussi des mauvaises surprises.
Dimanche 8, courte éclaircie le matin, le temps d’aller dans la vallée écouter le Duo Coloquintes en tête à tête avec Louis Couperin avant, Pourquoi pas? de plonger dans les eaux glacées au Diben, torturé par la bourrasque intérieure de l'Ode Maritime de Fernando Pessoa. On se réchauffera assez le soir au son du serpent à écouter les Tales of the Tempest, évocation toute shakespearienne.

Lundi 9, avec Marie Farge, les mathématiques nous permettront de comprendre ce qui lie tant météo et musique via une petite ondelette capricieuse perdue dans le champ électromagnétique d'un thérémin. Le soir, les sorcières naufrageuses de Myriam Arbouz hanteront la musique française et, guidées dans l'ombre par la viole de Ronald Martin Alonso, déchaîneront violons et flûtes de Ma non troppo.
Mardi 10, Une première tempête - rafraichissante et romantique - au Caplan l'après-midi précédera des bourrasques de neige, venues de la baie de Gênes. Mais Stefano Valla et Daniele Scurati feront fondre les cœurs le temps d’une petite danse.
Mercredi 11, l’Avis de tempête arrivera par l’ouest avec le collectif brestois Diverssimento provoquant la collision des instruments baroques et de l'électronique. En soirée, une invasion de méduses, poétique et circassienne, sera observée par le collectif Aurita.
Jeudi 12 Laurent Wagashal et Romain Garioud refléteront les mondes d’avant et d’après-guerre pour offrir un tombeau à Couperin et en finir avec le Romantisme.
Vendredi 13 au matin, gros temps révolutionnaire à prévoir : Mozart et Jadin chercheront des Lumières et c’est le Trio Anpapié qui portera la lanterne dans la tourmente jusqu’au pique-nique en éclaircie.
Ce même jour, Asteria, une nuit étoilée inespérée est attendue, venue des Sainte-Maries-de-La-Mer. Yardani Torres et ses amis se laisseront aller à un flamenco aussi contemporain qu’étincelant.
Samedi 14 matin, la tempête reviendra d’un coup de flûte enchantée avec Alla Voce.
Et pour finir la semaine,  rien de moins qu’un Déluge Universel sicilien pendant lequel le Son ar mein Consort vous prendra dans son arche. 
Dimanche 15 matin, Toutatis enfin apaisé laissera musiciens du festival et professeurs de l'Académie de Lanvellec nous entraîner vers leur partie de campagne.

© Le Petit Festival