Artistes

Modifié par Stéphane Laurière le 2017/06/14 09:54

Nicolas André basson

Né à Blois en 1973, il commence ses études musicales par le saxophone pour lequel il obtient en 1997 le Certificat d’aptitude d’enseignement artistique. Après ce premier cycle d’études, il intègre en 1997 le Conservatoire national supérieur de musique de Paris pour se consacrer au basson moderne et ancien. Il obtient en 2003 le Diplôme de Formation Supérieure de basson baroque, mention « très bien ». Depuis il se produit et participe à des enregistrements avec des ensemble telle que le Concert  Spirituel (dir. Hervé Niquet) , Opera Fuoco (dir. David Stern), ou Les Musiciens du Louvre (dir. M.Minkowsky). Il enseigne également les bassons moderne et baroque, et la musique de chambre à l’Ecole Nationale de Musique de Blois.

Camille Aubret violon

Depuis 2013, Camille a collaboré avec des ensembles de musique ancienne tels que le Concert Spirituel, le Caravansérail, Les Musiciens de Saint-Julien, Stradivaria, les Talens Lyriques. Diplômée de Sciences Po Rennes et de l’École des Hautes Études en Sciences Sociales, la violoniste s’initie à la musique ancienne avec Ton Koopman et Amandine Beyer, puis obtient son Diplôme d’Études Musicales en juin 2013 au C.R.R. d’Aubervilliers. Elle bénéficie également de formations à l’Abbaye de Royaumont avec Amandine Beyer et Pierre Hantai, aux Traversées baroques avec Odile Édouard et à l’Académie Internationale de Musique Ancienne avec Sophie Gent, Bertrand Cuiller et Bruno Cocset.

Anne-Marie Blondel clavecin, orgue, clavicorde

Anne-Marie Blondel découvre et étudie l’orgue auprès d’André Isoir, puis Jean Boyer et Odile Bailleux. C’est avec Michèle Dévérité qu’elle approche le clavecin et la basse continue. Titulaire des orgues de St Germain des Prés à Paris, elle enseigne l’orgue et le clavecin au Conservatoire de musique de Fresnes (94), et y anime des ateliers de découverte musicale pour les petits basés sur l’improvisation collective.
Elle aime jouer ses instruments avec d’autres musiciens, à 4 mains ou à 2 orgues avec
Jean-Luc Ho, en ensemble avec Le Concert Etranger ou la famille Saïtô-Lusson. Elle est, avec Géraud Chirol et Jean-Luc Ho, une des fondatrices du fonds de dotation L’Art de la Fugue, pour la restauration, l’installation et la mise en valeur dans l’église Saint Eloi de Fresnes (94) d’un orgue historique espagnol de 1768.

Youen Cadiou contrebasse

l a étudié avec François Rabbath et participe à différentes aventures musicales qui vont des musiques improvisées (New-York Soundpainting Orchestra, Amalgammes, David S.Ware Strings Ensemble), à la chanson (Serge Lama, Volo, Barbara Carlotti), au jazz (Xavier Thollard, Kris Davis, Michael Attias, Quentin Sirjacq), au théâtre (avec Jean-Pierre Marielle, Romane Bohringer, Charles Berling, Michael Lonsdale…), aux musiques électroniques. Il étudie la musique baroque au CRR de Paris avec Richard Myron. Il joue une contrebasse (accordée en quinte !) du luthier Christian Laborie.

Louis Capeille harpe triple

Louis Capeille approche la harpe avec Véronique Musson-Gonneau et s’initie à la harpe baroque italienne pendant plusieurs années avec Marion Fourquier. Il entre, en 2005, à la Schola Cantorum de Bâle dans la classe de Heidrun Rosenzweig et obtient en 2010 un Bachelor et un Master, tous deux avec distinctions, respectivement en harpe baroque et en basse continue. Il suit alors les enseignements de l’ESMUC de Barcelone. Son expérience lui a permis de se produire dans de nombreux pays auprès de diverses formations : les Délices Françaises, A Corte Musical, Chant 1450, Les Alizés, Elyma, La Compagnie Barbaroque…etc. Il a joué et enregistré sous la direction de J.A. Bötticher, A. Lawrence-King, J. Tubéry, X. Diaz-Latorre, D. Vellard, M. Toni et G. Garrido. Outre ses nombreuses activités, Louis Capeille est l’un des membres fondateurs de l’ensemble la Boz Galana.

Bijan Chemirani zarb

Bijan Chemirani doit la découverte et la maîtrise du zarb à son père Djamchid Chemirani. Initié par celui-ci dès son plus jeune âge, il pratique dans un premier temps la vieille kamanché, le piano et l’accordéon. A la fin des années 90, après plusieurs expériences sur scène, il rejoint son père et son frère pour former le trio Chemirani. En 2001, il sort son premier album solo Gulistan, dans lequel on retrouve son trio, Ross Daly et le compositeur Socratis Sinopoulos notamment. Instrumentiste mais aussi compositeur, il le fait entendre dès son deuxième CD Eos. Son goût prononcé pour la musique traditionnelle ne l’empêche pas de collaborer avec des musiciens d’autre esthétique, tels Serge Teyssot-Grey (Noir désir) et Sting. En plus de son trio, et pour ne nommer que celui-ci, il est membre fondateur de l’ensemble Oneira.

Keyvan Chemirani zarb

Keyvan Chemirani joue du zarb, la percussion utilisée dans la musique savante persane et du santour indien, instrument à cordes frappées. Son père et maître Djamchid lui a transmis le savoir traditionnel. À la fois influencé par les musiques modales (du bassin méditerranéen à l’Inde) et par les grands interprètes de jazz, il essaye de trouver des passerelles entre ces différentes cultures musicales et s’investit dans des collaborations fructueuses avec Louis Sclavis, Sylvain Luc, Didier Lockwood, Renaud Garcia-Fons et Omar Sosa pour le jazz, Ballaké Sissoko, Sokratis Sinopoulos, Anindo Chatterjee, Ross Daly, le Trio Érik Marchand et Thierry Robin pour les musiques du monde. Il travaille aussi avec des ensembles de musique ancienne : l’Ensemble Gilles Binchois, La Chapelle rhénane ou encore la Cappella Mediterranea.

Djamchid Chemirani tombak

C’est auprès du maître Hossein Tehrani que Djamchid Chemirani apprend le jeu du tombak. Le musicien Iranien participe activement à la présentation de la musique de son pays natal. Avec René Clemencic et Henri Agnel, il contribue à la musique médiévale (Cantigas de Santa Maria) et se produit avec Ross Daly et David Hykes dans de la world music. Il a travaillé avec Maurice Béjart pour le Ballet de ce dernier et a participé au Mahâbhârata de Peter Brook. Avec ses deux fils, il forme le trio Chemirâni et se produisent ensemble, parfois accompagnés de Maryam Chemirâni, sa fille. Parallèlement à sa carrière de musicien, il enseigne l’instrument à plusieurs percussionnistes : Jean-Pierre Drouet, Bruno Caillat, Pablo Cueco… Sa discographie compte à ce jour une quinzaine d’enregistrements.

Emma Cottet cor naturel

Emma Cottet débute le cor dans la classe de Daniel Bourgue à Versailles, se perfectionne auprès de Jean-Michel Vinit à Rueil-Malmaison, puis elle entre au CNSM de Lyon chez Michel Garcin-Marrou. En outre, c’est avec lui qu’elle débute sa pratique du cor naturel. Elle  obtient le Diplôme National Supérieur Professionnel de Musique puis le Certificat d’Aptitude qui lui permettra d’enseigner au Conservatoire de Montbéliard. Elle se produit au sein de l'orchestre Victor Hugo Franche Comté ainsi que dans des formations de musiques anciennes telles que Le Concert Spirituel, la Simphonie du Marais ou Les Talents lyriques.

Ludovic Coutineau contrebasse

Il étudie la contrebasse au conservatoire de Poitiers où il obtient un DEM à l'unanimité. Durant sa formation il travaille la musique improvisée et participe à des créations avec Claude Magne et Jackie Taffanel. Parallèlement il découvre la contrebasse historique au sein du Jeune Orchestre Atlantique et finit sa formation auprès de Richard Myron au conservatoire de Paris où il obtient un master de musique ancienne. Il se produit dans beaucoup d'ensembles baroques : Les Ambassadeurs, Amarillis, Le Concert d'Astrée, Les Cris de Paris, Opéra Fuoco, Ensemble Consonance, Le Palais Royal, La Simphonie du Marais. Ludovic Coutineau est aussi Maître enseignant de Reiki, technique de soin japonaise issu du bouddhisme ésotérique.

Louis Creac'h violon

Après un cursus au CRD de Brest, puis au CRR de Paris, Louis étudie le violon baroque au CRR de La Courneuve auprès d’Hélène Houzel. Parallèlement, il suit la formation aux métiers d’orchestre classique et romantique de l’Abbaye aux Dames de Saintes où il travaille notamment sous la direction de Philippe Herreweghe, Marc Minkowski, Sigiswald Kuijken et Robert Levin. Il joue au sein de groupes tels que Le Concert Spirituel sous la direction d’Hervé Niquet, les Musiciens du Louvre-Grenoble de Marc Minkowski, Pygmalion avec Raphaël Pichon, Il Seminario musicale avec Gérard Lesne, Les Nouveaux Caractères de Sébastien d’Hérin. Il est ainsi membre du quatuor Nevermind, du trio avec pianoforte Anima Mea et de l’Ensemble Ma Non Troppo.

Thomas Dunford archiluth

Thomas Dunford découvre le luth grâce à Claire Antonini. Il termine ses études en 2006 au Conservatoire de Paris, où il obtient un premier prix dans la classe de Charles-Édouard Fantin. Il continue ses études à la Schola Cantorum de Bale avec Hopkinson Smith, et participe à de nombreuses master classes, et à des stages avec Eugène Ferré, Paul O’Dette, Pascale Boquet. À partir de septembre 2003, il débute en jouant le rôle du luthiste dans La Nuit des Rois de Shakespeare, donne des récitals. Il apparaît régulièrement en soliste ou en ensemble dans les plus prestigieux festivals européens. Son importante discographie comprend plus de 40 enregistrements. Il est régulièrement invité à jouer avec les ensembles A 2 Violes Esgales, Les Arts Florissants, Amarillis, Les Ambassadeurs, Arcangelo, La Cappella Mediterranea, La Symphonie du Marais…

Patrik Ewen violon, conte

Originaire de Plounéour-Ménez, Patrick Ewen se consacre dans un premier temps avec Gérard Dalahaye aux ballades traditionnelles et de Bretagne. Sa chanson sur son pays d’origine, Là-bas dans les Monts d’Arrée, connait un franc succès. Sa passion pour les histoires, son terroir, et la poésie l’amène très vite à conter lors de ses spectacles. Certains d’entre-eux sont même créés au festival des Tombées de la Nuit à Rennes. Reconnu pour son talent de conteur, il s’exprime aussi en tant que musicien au sein du trio EDF, avec ses comparses Gérard Delahaye et Melaine Favennec. Que ce soit seul ou en ensemble, il enregistre plusieurs CD chez Coop Breizh notamment.

Julie Friez violon

Julie Friez étudie le violon au Conservatoire du 5e arrondissement de Paris puis à Saint-Maur-des-Fossés où elle remporte une Médaille d’or en 1994. En 1997, elle intègre le CNSMD de Lyon, dans la classe de Stéphane Tran Ngoc, et y obtient un premier prix. Durant ses études, elle pratique régulièrement le quatuor à cordes et se produit avec le Trio Wanderer.
Elle entre à l’Orchestre national de Lyon en janvier 2003, y devient chef d’attaque en 2009.
Depuis 2005, elle joue avec l’Orchestre de Paris et devient le second violon du quatuor Satie.
Julie décide de consacrer dorénavant la plupart de son temps à la musique ancienne et rejoint Ma non troppo en 2014.

Pierre Gallon clavecin

Pierre Gallon est diplômé des classes de musique ancienne du CNSMD de Paris conduites par Olivier Baumont et Blandine Rannou. Par ailleurs, il reçoit les précieux conseils d’Elisabeth Joyé, de Pierre Hantaï et de Blandine Verlet lors de stages et master-classes. Il profite de sa formation pour s’initier à l’orgue baroque. Que ce soit en solo ou au continuo, dans des formations telles La Rêveuse ou Pygmalion, Pierre Gallon est depuis plusieurs années invité par de nombreux festivals et saisons musicales en France et à l'étranger. Il a également participé à une dizaine d’enregistrements. En 2012, avec l’ensemble In Musica Veritas qu’il a cofondé, il sort un disque de pièces inédites. Il vient de signer, sous le label L’Encelade son premier enregistrement solo consacré à l’éditeur de la Renaissance Pierre Attaingnant.

François Gillardot clarinette historique

Né à Blois en 1964, François Gillardot commence ses études de clarinette au Conservatoire d'Orléans dans la classe de Michel Arrignon Après obtenu un premier Prix, il entre au Conservatoire National de Musique de Lyon en dans Ia classe de Jacques Lancelot, puis de Jacques Dl Donato En 1987, il obtient le Diplôme National d'Enseignement Supérieur de
Musique Par la suite, il se perfectionne avec Didier Delettre. II se produit régulièrement en musique de chambre en France et à l'étranger (Angleterre, Canada, République Tchèque. Parallèlement, il joue en soliste différents concertos (Telemann sur chalumeau, Stamitz, Mozart sur clarinette de basset, Copland…)
II interprète souvent les œuvres des XVlllè et XIXè Siècles sur des clarinettes d' époque, et collabore avec plusieurs ensembles, parmi lesquels la Petite Bande (S Kujken), la Grande Ecurie et la Chambre du Roy (Jean-Claude Malgloire), l'Akademia für Alte Müsik Berlin, les Talents Lyriques (C Rousset) avec lesquels interprète la Symphonie Concertante de Mozart au Festival de St Denis en 2003, Zefiro, la Chambre Philharmonique (E Krivine). II est également membre de i'ensemble Philidor et étudie ces instruments avec Lorenzo Coppola et au C.N S.M. de Paris, dans la classe d'Erik Hoeprich où il obtient le premier prix
II est soufflant de la Fanfare de rue "La Belle Image" qui développe un répertoire original de Fanfares sud-américaines et participe aux plus grands Festivals (les Vieilles Charrues, Francofolies, Aurillac, Festival du rire à Québec…).
D'autre part, il est musicien (clarinette basse et sax soprano) du groupe « Ironic Bombact » (world-music électronique)
Titulaire du Certificat d' Aptitude, il enseigne au Conservatoire d'Orléans depuis 1990.

Keiko Gomi violoncelle

Keiko Gomi étudie à l’Université des Arts de Kyoto avec Noboru Kamimura et Kazutaka Amada, et obtient une bourse de la fondation Fuji TV KBK. Elle se perfectionne à l’École Normale de Musique auprès de Paul Julien. Tout en poursuivant la pratique du violoncelle moderne, elle intègre la formation du Jeune Orchestre Atlantique à Saintes et approfondit la pratique du violoncelle baroque avec Ageet Zweistra et David Simpson. Outre ses activités en musique ancienne et moderne, Keiko Gomi joue en orchestre (Les Siècles dirigé par F.-X. Roth).

Guillaume Handel flûte traversière & électronique

Le flûtiste brestois Guillaume Handel partage son temps entre l’enseignement et les planches de la scène. Titulaire du DE de flûte traversière, il enseigne aux plus et moins jeunes la flûte traversière et le traverso baroque à l’école de musique le Patio à Morlaix. Sur scène, il a notamment côtoyé la violiste Manon Fritsch et la compositrice Ruth Matarasso, pour la création de Ah… pour instruments et électronique de cette dernière. Son nom reflète son amour pour la musique ancienne. Passionné par la musique Baroque, il joue tout aussi bien la flûte traversière que le traverso. Avec la compagnie Mo3, il crée en 2010 avec le jongleur Pierre Jallot le spectacle pour enfants Chacun voit sa pomme à son arbre. Son intérêt pour la composition l’amène à écrire des œuvres pour son instrument de prédilection, tel qu’Empire lointain.

Emmanuelle Huteau chant

Clarinettiste depuis sa plus tendre enfance, Emmanuelle Huteau découvre le chant au sein des choeurs de la Perverie à Nantes puis suit des études de musique et musicologie à Tours. Elle étudie le chant avec Noémie Rime, Michele et Myriam de Aranjo, Michel Welche puis Florence Guignolet, le grégorien et le plain-chant avec Dom Jean-Pierre Longeat et Jean-Yves Hameline. Elle chante dans différentes formations de musiques anciennes comme Ma non troppo ou Voix de ville ; intervient comme clarinettiste et bassoniste dans les ensembles de musique traditionnelle (principalement en duo avec Olivier Depoix), cultive également un goût pour le chant a capella qu’elle pratique en solo ou ensemble. Elle travaille régulièrement avec les comédiens de Phénomène et Cie et crée de nombreux spectacles à la fibre littéraire.

Kosta Jakic piano

Kosta Jakic est né a Bruxelles de parents yougoslaves. Il commença son éducation musical à l’age de 4 ans avec la méthode Suzuki. A 12 ans il change de professeur et sera accepté dans la classe de Sergey Leschenko, avec qui il étudie aujourd’hui encore. Kosta est Lauréat du concours de France et du concours Belfius Classics, durant lequel il remportât le second prix. En 2014, parallèlement avec la dernière année de son education secondaire, Kosta fut accepté au conservatoire Royale d’Anvers en tant que jeune tallent, ou il y étude actuellement en seconde année de Bachelier avec le professeur Polina Leschenko. Kosta a déjà eu l’occasion de se produire lors de concert à Bruxelles, en Croatie et en Serbie. Kosta étude en parallèle avec Katarina et Alexandar Sandorov, professeurs au Conservatoire de Serbie. Kosta a également eu l’occasion de suivre des masterclass avec Maciej Pikulski, Eliane Rodriguez, Levente Kende, Jura Margulis. 

Pierre Jallot jonglage

Pierre Jallot travaille autour du mouvement et de l’objet, aux croisements du jonglage, du théâtre du corps et de la danse. Influencé par des pratiques artistiques variées, il s’intéresse moins au jonglage comme une technique isolée que comme un mode d’écriture de ses pièces. Il se forme en participant à diverses formations telles que le Cursus Acteur à l’école de cirque Jo Bithume dirigé par Paul-André Sagel, et en rencontrant de nombreux jongleurs et danseurs professionnels. Il travaille avec les compagnies Primelune, Eskemm, Schpouki Roll’s à la création de spectacles aux esthétiques variées. Il dirige entre 2004 et 2007 l’Atelier mO à Brest en tant que permanent et travaille en tant que jongleur-danseur pour cette compagnie. Auteur et metteur en scène de ses propres pièces, L’Homme penché est sa sixième création.

Pascale Jardin alto

Spécialisée dans la musique baroque, Pascale Jardin, accompagne depuis de nombreuses années le renouveau de l’interprétation sur instruments d’époque et a participé à différents ensembles de musique baroque tels que Les Musiciens du Louvre ou encore Le Concert Spirituel. Elle est membre active de Ma non troppo depuis sa création.

Alexis Kossenko flûte classique

Alexis Kossenko est flûtiste, chef d’orchestre, musicologue, il mène une intense carrière soliste à la fois sur instrument moderne et baroque.
Il est diplômé du CNSM de Paris et lauréat de nombreux concours internationaux. Son expérience orchestrale est particulièrement riche : il collabore avec des ensembles modernes (Philharmonie der Nationen), romantiques (Anima Eterna, l’Orchestre Révolutionnaire et Romantique, Kölner Akademie) et baroques (La Grande Ecurie et la Chambre du Roy, Concerto Copenhagen, Ensemble Matheus, Capriccio Stravagante, Les Paladins, Le Concert Spirituel, Le Cercle de l’Harmonie.).
Il a joué sous la direction de Justus Frantz, Mstislav Rostropovitch, Valery Gergiev, Arie van Beek, Philippe Bender, John Eliot Gardiner, Philippe Herreweghe, Skip Sempé, Jean-Claude Malgoire, Louis Langrée, Lars-Ulrik Mortensen, Martin Gester, Jean-Christophe Spinosi, Jos van Immerseel, Eduardo Lopez Banzo, Hervé Niquet, Jaap ter Linden et Fabio Biondi.
Il est flûte solo de la Chambre Philharmonique (Emmanuel Krivine), du Concert d’Astrée (Emmanuelle Haïm), des Barokksolistene(Bjarte Eike) en Norvège, et depuis peu joue en soliste avec l’Ensemble Matheus ).
Depuis quelques années, ses activité de chef d’orchestre occupent une place grandissante, et il collabore régulièrement B’Rock(Belgique), et Holland Baroque Society (Pays-Bas) et surtout Arte dei Suonatori, etc. En 2010 Alexis il fonde son orchestre Les Ambassadeurs.
http://www.alexiskossenko.com

Judith Leblanc chercheuse

Judith le Blanc est maîtresse de conférences en littérature et arts à l’université de Rouen. Elle est notamment l’auteure d’Avatars d’opéras. Parodies et circulation des airs chantés sur les scènes parisiennes (Classiques Garnier, Prix de l’Essai du Prix des Muses Singer-Polignac 2015). Elle se met régulièrement au service du spectacle vivant. En janvier 2016, elle collabore avec la danseuse et chorégraphe Gudrun Skamletz et le chef Christophe Rousset pour mettre en scène Pygmalion de Rameau (Barokkfest de Trondheim, Norvège). En 2014, elle crée Les Funérailles de la Foire, opéra-comique d’après Lesage, Fuzelier et d’Orneval, pour lequel elle confie le rôle-titre à Lucile Richardot. Le spectacle sera repris au Festival de musique baroque de Pontoise le 14 octobre 2017 et à la Chapelle Corneille de Rouen le 15 décembre 2017. 

Sarah Ledoux violoncelle

Sarah Ledoux, violoncelliste, diplômée du CNSM de Lyon et titulaire du CA, enseigne au conservatoire du 18ème à Paris après avoir enseigné au Conservatoire à Rayonnement Régional d'Annecy. Elle interprète la musique contemporaine avec l'Ensemble Orchestrale Contemporain et la musique orchestrale notamment avec l'Orchestre Pelleas dont elle est membre. Au sein de l'atelier de musique baroque d'Aix en Provence, elle a étudié le violoncelle baroque avec Aude Vanackère.

Olivier Leinen flûte à bec, basson

Olivier Leinen est né et a grandi dans le sud de la France : il aborda la musique comme maîtrisien à Grasse puis découvrit la flûte à bec, qu'il a perfectionné à Aix en Provence avec Sabine Weiss avant de découvrir le basson baroque qu'il étudie toujours avec Jérémie Papasergio au CRR 93, un des meilleurs défenseurs de cet instrument. Il participe à Ma Non Troppo depuis les débuts de l'ensemble et fait partie des chevilles ouvrières du festival depuis sa création aux côtés d'Emmanuelle Huteau et Camille Rancière.

Francisco Mañalich viole de gambe, ténor

Né en 1984 à Santiago du Chili, Francisco Mañalich a suivi des études de musicologie à l’Université Catholique du Chili. Formé au chant avec le ténor Rodrigo del Pozo, il a également étudié la viole de gambe avec Juan Manuel Quintana, Nima Ben David puis Christophe Coin en master au CNSMDP ainsi que la basse continue à la viole de gambe avec Frédéric Michel.
En tant que chanteur, il aborde de nombreux répertoires et perfectionne la période classique et romantique avec Christine Schweitzer.
Il travaille en tant que chanteur et violiste avec les ensembles La Révérence (Christophe Coin, notamment au sein de la production du Bourgeois Gentilhomme mis en scène par Bruno Podalydès), La Fenice (Jean Tubery), Le Parlement de Musique (Martin Gester), Correspondances (Sébastien Daucé), Stravaganza, Hemiolia (Claire Lamquet), Faenza (Marco Horvat), Hélène Schmitt, Il Festino (Manuel de Grange), Le Sans-Pareil (Bruno Procopio), La Fabrique à Théâtre (Jean-Denis Monory), Clément Janequin (Dominique Visse), Séquentia (Benjamin Bagby) et Dialogos (Katarina Livljanic). Il a enregistré deux disques avec Il Festino : Dove ne vai crudele (cinq diapasons) et Stefano Landi, arie da cantarsi chez Musica Ficta ; un disque dédié aux Sonates du Rosaire de H. Biber avec Hélène Schmitt (Aeolus) et le Concert royal de la Nuit avec l’ensemble Correspondances (Harmonia Mundi).
En 2014, il a fondé l’ensemble Comet Musicke, terrain d’expression pour l’artiste chanteur qui s’accompagne lui-même dans les différents répertoires de la musique ancienne.
Quelques videos

Marie-George Monet mezzo soprano

Marie-George Monet étudie la musicologie avant de se perfectionner en chant à la Guildhall School of Music and Drama de Londres dans la classe de David Pollard. Elle collabore avec des ensembles tels que Accentus, De Caelis, Musicatreize, Sequenza 9.3, la Maîtrise de Notre Dame de Paris où elle explore avec bonheur un large répertoire.
Elle se produit régulièrement en soliste notamment dans la musique contemporaine et participe à de nombreuses créations de Zad Moultaka, Martin Matalon, Frédéric Pattar, Oscar Strasnoy, Xavier Dayer…

Fanny Paccoud alto

Diplômée du conservatoire de Strasbourg, Fanny Paccoud s'oriente d'abord vers la musique de chambre et la création. Depuis 1999, elle forme un duo avec le pianiste Michel Gaechter, explorant un riche répertoire allant de Mozart à Schoenberg. Elle participe à plusieurs créations et enregistrements, dont Forever Valley de Gérard Pesson, Momo de Pascal Dusapin, Ai confini dell’ oscurità de Claudio Gabriele, Veillée, et le Petit Chaperon Rouge de Georges Aperghis… On la retrouve aussi parfois aux côtés de musiciens de jazz et improvisateurs.

Si la musique de chambre et la musique contemporaine occupent une grande part de son activité, Fanny Paccoud n’en exclut pas pour autant une recherche approfondie de l’interprétation de la musique ancienne sur instruments d’époque. Elle est membre, en tant que violoniste et altiste, du Concert Spirituel (H. Niquet), de l’Ensemble Amarillis, des English Baroque Soloists (J.E. Gardiner), du Concert Brisé (W. Dongois), de Pygmalion (R. Pichon), des Ambassadeurs (A. Kossenko)... avec lesquels elle parcourt le monde, et effectue de nombreux enregistrements.

En 2002, elle fonde avec la violoniste Alice Piérot et la violoncelliste Elena Andreyev, le Trio à cordes Anpapié, qui se consacre tout particulièrement au répertoire dit Classique. (Enregistrement en 2011 des trios de Hyacinthe Jadin pour le label La Courroie).

Marie Perbost soprano

Marie Perbost a débuté le chant dans le cadre de la maîtrise de Radio France, sous la direction de Tony Ramon. Parallèlement à un cursus universitaire en Histoire de l’art et archéologie à la Sorbonne, elle étudie le chant lyrique auprès de Didier Henry et entre en 2012 au Conservatoire de Paris (CNSMDP). Passionnée de musique ancienne, elle aborde aussi avec bonheur les répertoires classique, romantique et moderne. Elle a été primée à l’International Duo Lied Competition d’Enscheden,au concours d'Avignon et de Genève. Elle rejoindra en 2017/18 l'académie de l'Opéra de Paris.
Marie chante régulièrement avec Ma non troppo et l'Ensemble 101, spécialisé dans la musique vocale contemporaine.

Noé Plantin flûtes à bec

Formé à la musique ancienne au conservatoire de Grenoble puis au pôle supérieur de Seine Saint Denis, il s'ouvre également à la musique contemporaine et aux musiques électroniques. Dans ses créations, il cherche à mêler danse et musique, à travailler avec des acteurs, à s'ouvrir à d'autres disciplines. Parallèlement, Noé se forme au Centre de Formation de Musiciens Intervenants  d'Orsay pour enseigner la musique en milieu scolaire, où il allie travail artistique et pédagogie. Cette double formation lui permet de trouver un bel équilibre entre ses propres projets et le travail de transmission avec les plus jeunes.

Andres Prunell basse

Né à Montevideo, Uruguay en 1982, sa carrière de chanteur commence en 2000 comme membre du Chœur municipal de la ville, avec Rosemarie Rodriguez, qui l'encourage à étudier le chant. Il travaille pendant 8 ans avec la soprano Alicia Pietrafesa Bonnet, se formant à l’opéra, à l’oratorio et au lied. A partir de 2007 il donne ses premières représentations publiques en tant que soliste à l’opéra de Montevideo, dans des œuvres telles que Carmen, Rigoletto, Il Trovatore, M. Butterfly, il Barbiere di Siviglia, Nabucco. En 2010, il fait ses débuts en concert avec la Philharmonie de Montevideo, après avoir obtenu le premier prix au concours organisé par les Jeunesses Musicales de l’Uruguay.
En 2011 il obtient une place de basse dans le Chœur national de Uruguay, où il poursuit sa formation jusqu’en 2014, où il est invité à Paris pour se perfectionner au sein de la Maîtrise Notre-Dame de Paris. Passionné par la musique sacrée, il participe également aux Bachakademies de Stuttgart et Weimar, en Allemagne, en faisant nombreuses tournées à travers l’Europe, l’Amérique du Sud et l’Afrique.
Dans le cadre du festival « Opera Joven » de Montevideo en 2015, il a interprété Don Alfonso dans Così fan tutte de W.A. Mozart.
En 2016, Andrés Prunell-Vulcano incarne le Pilate dans la Passion selon Saint Jean dirigée par Philippe Pierlot. Il a récemment remporté la mention spéciale du Jury au Concours « Mozart »  de l’Orchestre de la Ville de Grenade.

Camille Rancière violon

Titulaire d’un DEM, Camille Rancière a étudié l’alto et la musique de chambre dans différents conservatoires parisiens. Après avoir fait partie de formations de musique de chambre, de free jazz ou de création scénique (notamment avec Catherine Gautier et Valentin Boraud) de théâtre musical, il a étudié pendant cinq ans l’alto baroque au sein de l’atelier de musique baroque d’Aix en Provence, avec notamment Alice Piérot et Dominique Serve et se perfectionne actuellement en violon baroque avec Hélène Houzel au CRR de La Courneuve. Il pratique également la quinte de violon, au sein de l’Orchestre des Musiques Anciennes et à Venir et de l’orchestre les Folies Françaises, instrument reconstitué par Antoine Laulhère pour les 24 violons du Roy.

Jean Rondeau clavecin

D’abord élève en clavecin de Blandine Verlet pendant plus de dix ans, Jean Rondeau s’est formé en basse continue, en orgue, en piano, en jazz et improvisation, en écriture, et en direction de chœur et d’orchestre. De longues pages de bonheur que sont ces années d’apprentissage qu’il a parcourues au Conservatoire de Paris et à la Guildhall School de Londres. Il y obtient ses prix de clavecin et basse continue avec mention. En solo, musique de chambre ou orchestre, il se produit fréquemment dans toute l’Europe, ses plus grandes capitales et ses grands festivals, ainsi qu’en Amérique du Nord, du Sud et en Asie. Récompensé par de nombreux prix (révélation soliste instrumental aux Victoires de la musique…), il se produit plus spécifiquement avec Note Forget et Nevermind

Roula Safar mezzo-soprano, percussions

La mezzo-soprano Libanaise Roula Safar effectue ses études musicales tout d’abord à Beyrouth puis à Paris. Elle pratique plusieurs instruments, étudie la musicologie et se spécialise en chant lyrique avec L. Mazeron et N. Fallien. Pendant sa formation, J. Canetti produit ses premiers enregistrements. Elle interprète plusieurs rôles d’opéra (Finta Fiardiniera, Orfeo, Didon et Enée…) sous la direction de Calmelet, Cochereau, Colemann, Ferro, Malgoire, Parmentier, Abassi, notamment à la Salle Pleyel, au Théâtre du Châtelet.​ Elle endosse d’importants rôles d’œuvres contemporaines, comme Céleste dans Tembouctou de F.-B. Mâche, la Femme du tailleur dans l’opéra GO-gol de M. Lévinas. Elle chante au sein de l’ensemble Aramea, donne des récitals de Lieder et mélodies, participe à des oratorios et à divers enregistrements d’oratorios.

Valentina Salinas mezzo soprano

La mezzo-soprano chilienne Valentina Salinas commence ses études de musique en 2007 à l’Institut de Musique de l’Université catholique du Chili, où elle étudie la musicologie et le chant lyrique avec Ahlke Scheffelt et Rodrigo del Pozo jusqu’en 2011. L’année suivante, elle arrive à Paris pour poursuivre ses études de musicologie et de chant à l’Université de la Sorbonne, où elle obtient son diplôme de master, et au conservatoire de Paris, où elle étudie sous la direction de Didier Henry. Diplômée en chant lyrique du conservatoire de Versailles, elle a également été l’élève de Christine Schweitzer et Sébastien Obrecht. Son répertoire se compose d’une large variété de styles qui s’étend du classique aux œuvres vocales contemporaines. Elle effectue actuellement le cycle supérieur de la Schola Cantorum de Paris sous l’égide de Nadine Denize. 

Galel Sanchez violon, guitare traditionnelle

Galel Sánchez découvre le violon baroque au cours de ses études de violon moderne au Conservatorio Nacional de Música du Mexique. Il a poursuivi sa formation lors de divers stages et master-classes avec entre-autres Manfredo Kraemer, Enrico Gatti et Susanne Scholtz. Il vient alors se perfectionner dans cet apprentissage en France dans la classe d’Hélène Houzel au CRR d’Aubervilliers. En parallèle, il s’est beaucoup intéressé au Mexique au  « Son Jarocho », musique traditionnelle mexicaine, ce qui l’amène à pratiquer le requinto et la jarana (petites guitares issues des instruments baroques hispaniques) qu’il a intégré dans sa vie professionnelle, en Europe, à travers deux groupes Cascabel (Paris), et Cocoxoca (Genève). 

Laurent Sauron percussions

Laurent Sauron est percussionniste classique diplômé du Pôle supérieur 93. Il s’intéresse au répertoire occidental ancien, d’abord par l’étude du clavecin et du clavicorde, puis à travers la percussion en essayant de recréer l’accompagnement rythmique de ces musiques, en s’inspirant des traités, des iconographies et de l’étude du langage musical. Il joue sous la direction notamment de Christophe Coin et de Roger Norrington et se produit dans plusieurs ensembles dont les ensembles Zais et Diderot. 

Ganaël Schneider épinette, clavecin, orgue

Né en 1992, Ganaël Schneider a suivi des études d’orgue au CRR de Reims puis au CNSM de Paris où il
obtient son DNSPM en 2012. Il a pu au cours de sa scolarité travailler avec des personnalités telles que :
Pierre Méa, Olivier Latry, Michel Bouvard, James-David Christie ou Wolfgang Zerer pour l’orgue ainsi que
Hélène Dufour, Benjamin Steens, Pierre Cazes, Françoise Marmin et Thierry Maeder pour le clavecin et la
basse continue. Passionné par la musique baroque, il affectionne particulièrement le rôle de continuiste à la
fois en musique de chambre et en orchestre. En 2017, il remporte le prix du National Center for Early Music d'York au Royaume Uni avec Barocco Tout
Actuellement il se perfectionne au Koninklijk Conservatorium Brussels.

Jean-Daniel Souchon trompette naturelle

Jean-Daniel Souchon a étudié la trompette moderne avec Simon Orlik de 1999 à 2003, de Pierre Gillet de 2004 à 2008 et Pierre Dutot de 2010 à 2012.
Formé à la Schola Cantorum de Bâle dans la classe de trompette naturelle de 2011 à 2013 de Jean-François Madeuf, Jean-Daniel Souchon est actuellement trompettiste dans l’orchestre des troupes de Marine de l’Armée de Terre situé à Versailles.
Créateur de l'ensemble de trompettes naturelles de l'Armée de terre en 2008, il se produit avec cet ensemble en juin de la même année lors du festival du mois Molière de Versailles.
Co-fondateur de l’ensemble « La Renommée », ensemble de trompettes naturelles solistes et petites formations à géométrie variable, il joue régulièrement en soliste le répertoire couvrant la période baroque.
Très impliqué dans l’enseignement, il est professeur de trompette moderne au Chesnay (78), ainsi qu'au conservatoire à rayonnement communal de Marly-le-Roi mais aussi créateur de la classe de trompette naturelle depuis 2014 dans ce même conservatoire.
Il se produit avec divers orchestres de musique ancienne tels que La Chambre Philharmonique (Emmanuel Krivine), les Siècles (François-Xavier Roth) , la Simphonie du Marais (Hugo Reyne), l’Académie Sainte Cécile (Philippe Couvert) Le Parnasse Français, Les Muses Galantes.

Marthe Vassallo chant traditionnel

Marthe apprend ses premières chansons en breton à 17 ans, à l’écoute des autres chanteurs et des enregistrements de Dastum. Elle est déjà une interprète traditionnelle reconnue quand, à 22 ans, elle commence à se former au chant classique. Outre le bonheur d’une discrète double vie (après les chœurs de l’Opéra de Rennes, elle est aujourd’hui membre de l’ensemble Mélisme(s)), elle trouve là l’assise technique qui lui permettra de prendre toutes les libertés : musiques actuelles ou improvisées (Bugel Koar, Lydia Domancich, Eric Le Lann), théâtre, danse contemporaine (Christine Rougier), sessions de rencontres de toutes sortes — du swing au rock expérimental en passant par le Buto.
Site personnel : http://www.marthevassallo.com/mov1/accueil.html

© Le Petit Festival